Quand nous avons essayé de passer une nuit sans les enfants

«Il était une fois, dans un pays très éloigné, une princesse qui vivait dans un beau château.» – voyez comme c’est censé commencer. En réalité, cela commence avec une fille qui se perd la seconde où il y a plus d’une fourchette à côté de l’assiette et qui est autant une princesse qu’un hippopotame est un danseur de ballet.

Je ne suis pas née dans un château et les chances d’y déménager sont assez modérées. Spécialement dû à la taxe d’habitation. Je parie que la seule raison pour laquelle Macron veut la supprimer est qu’il a trop peur d’ouvrir sa propre facture.

Mais j’aime toujours virevolter en prétendant que je suis une princesse. Ok, non, c’est horrible. Je suis littéralement en train de mentir en vous regardant dans les yeux ici. Ce que j’aime, c’est manger un kebab sur mon canapé en portant le vieux pantalon de jogging de M. Stewarts qui a des taches de peinture qui ne partiront jamais. Je sais, je semble si admirable, non?

Quoi qu’il en soit, une fille peut rêver – du moins, c’est gratuit. Et comme la vie ne me donnera pas de château, j’ai pris les choses en main et j’ai trouvé un château où nous pourrions passer une nuit avec M. Stewart. Je pouvais donc prétendre être une princesse et célébrer tous les anniversaires de mariage que nous n’avons pas célébrés .

Nous avons donc suivi un bon dicton estonien qui se traduit par: « Les enfants sont les fleurs de notre vie, alors créons un bouquet et offrons-le à leurs grands-parents »

Inutile de dire que j’étais plus que passionné par le séjour au château. Sans oublier que je suis toujours excitée, mais ne gâchons pas le moment.

Mieux encore, lorsque nous sommes arrivés, le château était enveloppé de brouillard et avait un air mystique, presque fantomatique. À l’horreur de M. Stewart qui n’était probablement pas sûr de pouvoir s’en sortir vivant.

C’était une route sombre et brumeuse, alors j’en ai profité pour lui raconter des histoires paranormales. C’est bon de partager, pas vrai?

Pas sûr qu’il ait apprécié mes histoires. Il a peut-être même demandé si je voulais continuer la route à pieds.

Une fois là-bas, nous avons été accueillis par Fabien qui, fondamentalement, y fait… tout. Et même si j’avais peur d’être jugée en choisissant de ne pas dîner dans le château (je ne mange rien de ce qui vient de ou près de la mer, de la plupart des viandes ou des fromages – je ne suis pas assez en colère contre l’argent pour dépenser 75 euros sur un menu qui se compose de ces choses), nous avons eu des suggestions sur d’autres endroits pour manger. Même en prenant en compte mon niveau de difficulté.

Il a même eu la gentillesse de mentionner que s’il est averti, il peut faire un menu spécial. Fabien, je pense que tu as pris une place dans mon coeur!

Le château lui-même était magnifique. La décoration, les détails. Je me sentais vraiment comme si j’avais voyagé dans le temps. Même si je le pouvais, je retournerais probablement à l’époque où j’ai décidé que j’étais trop cool pour apprendre le russe à l’école. Je le regrette totalement en ce moment.

Mais pourquoi j’ai spécifiquement choisi ce château – à cause des chambres. J’ai assez cherché sur booking.com pour constater que de nombreux châteaux avaient des propriétaires bipolaires qui, pour une raison quelconque, transformaient leurs magnifiques châteaux en quelque chose de super moderne de l’intérieur.

Je ne veux pas de ça. Je veux du vieux. J’aime les vieilles choses. Comme M. Stewart (bon, c’était la blague de Monsieur A, même si j’avais l’intention de la faire et que je n’avais simplement pas osé…: D). J’aime bien les choses anciennes à ce point que les toiles d’araignées autour de la lampe de notre chambre ne me dérangeaient pas du tout. Ou peut-être que c’était juste l’ambiance d’Halloween dans laquelle je vivais encore.

Mais il y avait une chose qui me dérangeait. Un homme qui continue à me suivre sans que je puisse rien faire. Monsieur Murphy.

Vous voyez, quand je donne tous mes enfants pour une nuit, j’espère une nuit calme. Une nuit sans bruit, sans pleurs. Juste calme.

Qu’est-ce que je reçois? Une famille avec 3 enfants à côté de notre chambre. Trois enfants dont l’un est un bébé qui a deux passions : frapper les radiateurs et pleurer. Et non, je ne blâme pas le bébé – c’est ce que les bébés font. Et je suis la dernière personne à commencer le non-sens «Restez à la maison avec vos enfants».

Je blâme la personne qui pensait que l’isolation des murs n’était pas nécessaire. L’univers ne veut pas que je passe une journée sans entendre pleurer un bébé, je pourrais aussi bien l’accepter.

Je ne plaisante pas parce que la même famille s’est retrouvée dans le même restaurant que nous. Et ce n’était pas le seul restaurant autour, d’accord?

Mais j’ai décidé de ne pas être dérangé. Je viens de me dire que ce n’est pas à moi d’amuser ce bébé. Juste à supporter le bruit. Et pour être tout à fait honnête, j’ai également développé une audition plutôt sélective. J’ai eu une bonne enseignante de 3 ans qui n’entend que ce qu’elle a choisi.

J’étais donc plus qu’heureuse de notre séjour. Parce que j’ai pu passer du bon temps avec M. Stewart, rester éveillée tard, parler de tous nos rêves et rester au lit longtemps.

Malheureusement, même l’environnement du château ne m’a pas transformée en princesse, mais cela ne me dérange pas. Je suis heureuse avec moi-même tel que je suis. 🙂

Previous Post Next Post

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Athéna novembre 14, 2018 at 12:18

    Bonjour
    ce ne serait pas dans le Limousin ce joli château ?

    • Reply Britt novembre 14, 2018 at 2:16

      Coucou!

      Non, c’est dans le Grand-Est. 🙂

    Laisser un commentaire