Quand les vacances ne se déroulent pas comme prévu

Comme la moitié de nos vacances est passée, il est peut-être temps de faire un petit récapitulatif de ces premiers jours.

Commençons par dire que c’est loin d’être des vacances. C’est un voyage. Parce que les vacances signifient le repos. Nous ne nous reposons pas. Nous dormons moins que d’habitude et nos nerfs et nos oreilles se font plus terrorisés que d’habitude.

Pour commencer ce voyage, notre adorable chat a décidé de faire pipi dans la valise. Je ne sais pas si elle s’est sentie blessée en étant laissée derrière ou elle est juste bête. Ok, j’aime mon chat. BEAUCOUP. Mais pourquoi doit-elle choisir ce moment pour oublier où est sa litière?

Et si quelqu’un s’inquiète que j’écrive sur les vacances pendant le séjour. Pas de raison. Si vous sentez que vous voulez aller voler quelque chose de chez nous, alors faites-le. La chose la plus précieuse est probablement le chat. Sentez-vous libre de le prendre et de lui apprendre à faire pipi où elle est supposée le faire.

Alors, bien sûr, plusieurs de nos objets sentent le pipi de chat. Ou peut-être c’est sa façon de dire «hey, si vous ne me prenez pas avec vous, alors je vais vous donner quelque chose qui vous fera sentir comme si j’étais proche de vous». Merci chat. Quelle considération.

Presque aussi attentif que le temps. Lors de notre premier jour, nous avons eu tellement de pluie qu’elle a littéralement éliminé tous mes espoirs de faire quelque chose de bien.

Nous voulions voir les Gorges du Fier, mais impossible avec cette pluie et ce n’est pas exactement un endroit où vous prenez votre parapluie (le pont est trop étroit). Nous avons donc essayé d’adapter nos plans et avons décidé de visiter un château pas loin à la place. Heureusement, ils avaient des costumes pour les enfants afin qu’ils puissent s’habiller et au moins prétendre être nobles.

Le château lui-même était un peu «néh» pour mon goût, mais cela nous occupait et il semblait que les filles passaient un bon moment dans leurs robes. Ce qui, bien sûr, a causé des problèmes pour la Petite Soeur puisque la plus petite robe était encore 2 fois trop grande pour elle.

Le deuxième jour, nous avons essayé de voir des montagnes pour avoir une belle vue. Disons simplement que nous avons à peine vu la route.

Alors, nous sommes allés chercher la fontaine des éléphants à Chambéry. Le fait que les éléphants n’avaient pas de fesses, amusait beaucoup la Grande Soeur.

A midi, nous avons mangé avec la famille d’un bon ami de M. Stewart et ensuite nous avons essayé encore d’aller aux Gorges du Fier. Cette fois, la météo était en notre faveur. Il n’y avait qu’une seule petite erreur: je n’avais pas compris que c’était en hauteur. Et bien … il n’y a rien sous mes pieds. Et ce pont en bois ne me mettait pas vraiment en confiance.

Donc, la première partie de la visite, j’ai fait de mon mieux de ne pas faire pipi dans mon pantalon ou m’effondrer parce que mes pieds tremblaient. Au cours de la deuxième partie, j’avais déjà ma peur sous contrôle (je voulais juste m’assurer que si le pont se brisait, j’espere que je vais mourir d’une attaque cardiaque et non pas la chute elle-même), mais l’appréciation de la vue était compliquée avec Poulette criant dans mes oreilles. Ce bébé n’était pas content. Et elle l’a fait entendre.

Apres nous avons effectué un petit tour dans la vielle ville d’Annecy et payé un peu trop pour la glace. Mais je ne suis certainement pas celle à compter mes pièces quand il s’agit de glaces. Spécialement quand je peux choisir entre 70 saveurs.

Lundi, la météo a décidé d’être compliquée, mais heureusement nous l’avons vu qu’à Chamonix, il fait beau. Puisque nous rêvions d’aller à la Mer du Glace et au Brevent, nous avons commencé à conduire aussi vite que possible. Dans la voiture je passe mon temps essayant d’écrire un testament mental à nouveau bien sûr. Parce que … la peur des hauteurs et des téléphériques.

Le seul problème? Après un temps important passé sur la route et l’argent laissé aux péages, une femme très en colère nous a dit qu’il y a une chance de boule de neige en enfer pour que nous allions où que ce soit avec Poulette. Son «non» était plus certain que celui de ma mère quand j’avais 15 ans et je voulais passer un week-end quelque part avec des gens que je connaissais à peine. Et s’il y avait un moyen de passer devant ma mère, ce n’était pas si facile cette fois.

Autant dire que la déception a été rapide à arriver, car ces endroits étaient ceux que j’avais rêvé de visiter le plus lors de notre voyage. Alors que la Grande Soeur était plus que prête à me laisser (et Poulette) derrière, M. Stewart n’a même pas pris ça en considération.

Nous avons donc fait un petit tour à Chamonix où j’ai essayé de noyer mes chagrins dans des bonbons. Aussi connu comme le temps où j’ai payé 23 euros pour des bonbons qui étaient probablement aussi vieux que l’homme qui les a vendus. Quand rien ne va …

Et aujourd’hui? Il a plu toute la matinée.

Les filles? Poulette n’aime presque rien, il me semble. Sauf mes seins. Elle tolère les promenades en voiture que si elle est installée dans le siege alors qu’elle est déjà endormie, ce qui ne se produit pas facilement. La Petite Soeur joue parfaitement son rôle de petite soeur et passe son temps à pincer la Grande Soeur qui passe son temps à se venger. Disons simplement que nous n’avons pas eu beaucoup de moments de silence.

Habituellement, ça se passe comme ça: Poulette crie, hurle, hurle. Nous faisons un arrêt. Elle hurle encore. En fin de compte, elle ne s’endort que pour être réveillée cinq minutes plus tard par Petite Soeur qui commence à crier.

Quand la Petite Sœur commence à se calmer, la Grande Soeur fait une remarque en disant qu’elle chigne, la Petite Soeur commence à crier qu’elle pleure et qu’elle chigne pas et de pincer la Grande Soeur. Alors nous avons 3 enfants qui crient.

Et maintenant que j’ai sorti toute la négativité de moi (il y en avait certainement …) Je dois dire que même avec tout ce mauvais temps et ces pleurs, j’apprécie ce temps passé en famille. J’aime ces enfants qui ont le meilleur sens de l’humour au monde, j’adore M. Stewart qui m’apporte une énorme meringue pour le petit-déjeuner, j’adore les lacs et les vues sur les montagnes (même si je ne peux pas voir celles que je voulais).

J’adore voir de nouveaux endroits. Tout ce que nous pouvons faire, c’est de s’adapter. Si nous ne pouvons pas faire ce que nous voulons, nous devons simplement trouver de nouvelles choses. Nous ne pouvons pas contrôler la nature et la météo, mais nous pouvons contrôler notre attitude. Même si M. Stewart est bien meilleur que moi pour ça 🙂

Previous Post Next Post

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply mamansurlefil septembre 12, 2017 at 4:14

    Et malgré toutes ces difficultés, vous gardez le sourire coute que coute ! Bravo… Mais il est clair que des vacances avec des petits bouts n’est jamais de tout repos…

    Bonne fin de vacances tout de même !

    Virginie

    • Reply Britt septembre 18, 2017 at 2:14

      Nous restons juste à l’esprit de la même chose que j’ai écrit dans l’article – « Nous ne pouvons pas contrôler la nature et la météo, mais nous pouvons contrôler notre attitude. ». Donc le sourire est irremplaçable 🙂

  • Reply Au presque parfait septembre 13, 2017 at 1:27

    Bonnes suite de vacances! Je vous admire d’être partis avec votre nourrisson! Moi je ne suis pas sortie de chez moi, aucune énergie pour découvrir le monde de l’autre coté du portail!

    • Reply Britt septembre 18, 2017 at 2:11

      Merci! J’ai commencé à voyager tôt avec tous mes bébés donc je n’avais pas peur de partir avec une nourrisson. Spécialement qu’elle est allaitée 🙂 Mais bien sûr que nous devions être flexibles avec les enfants. Par example le voyage à revenir a pris 6,5h au lieu de 4h 🙂

    Laisser un commentaire