Pourriez-vous s’il vous plaît arrêter de me demander si mon bébé dort toute la nuit? Elle ne le fait pas.

«Alors, est-ce qu’elle se réveille encore pendant le nuit?»

«Est-ce que tu l’allaites toujours?»

«Peut-être que tu dois arrêter l’allaitement?»

«T’as essayé de la laisser pleurer?»

Ce ne sont pas que juste des questions. Ce sont les questions. Des question que les gens à la fois proche et à la fois pas tellement ont posées à de nombreuses reprises. En réalité, si je pouvais obtenir seulement un euro pour chaque question posée, nous habiterions maintenant dans la maison de nos rêves.

J’ai amené 3 enfants dans ce monde. 3 enfants qui ont tant en commun, mais le plus, un petit détail qui gouverne nos vies. Nos soirées, nos nuits. Le sommeil. Ou le manque de ça. J’ai accouché d’enfants qui n’ont pas très envie de dormir.

Ok, je ne vais pas être injuste envers Petite Soeur ici. Un peu avant l’âge de 10 mois, elle a décidé que dormir pouvait être une bonne chose. Alors elle a commencé à le faire. Tous les soirs de 19h30 à 07h30, puis deux siestes pendant la journée. Les deux durent plus de 2 heures.

Vous pouvez dire que nous sommes de vrais chanceux, mais s’il vous plaît, ne vous pressez pas. Je pense que la seule raison pour laquelle elle a commencé à dormir aussi bien, c’est qu’elle était épuisée et qu’elle avait besoin de rattraper. Et oui, c’était cette quantité de sommeil qu’il fallait rattraper.

Parce qu’avant ces 10 mois, M. Stewart et moi avons appris à dormir debout. Nous connaissions tous les endroits où le sol grinçait dans sa chambre et dans le couloir. Je savais combien de temps je pouvais retenir mon souffle, car à partir du moment où je commencais à penser à la mettre dans le lit jusqu’à 5 mètres de la pièce, je ne pouvais même plus respirer. Son sommeil était aussi délicat que cela. Nous nous sommes relayés avec M. Stewart. Réveiller l’autre après avoir essayé de l’endormir pendant une heure. Nous ne nous sommes pas contentés d’un ou deux tours dans la nuit. Nous alternions toute la nuit.

Et les gens posaient les mêmes questions auxquelles je ne pouvais même pas répondre. Alors j’ai répondu en riant pour éviter de devoir aller plus loin dans les détails. Je vivais déjà un cauchemar la nuit. Je n’avais pas envie d’y penser pendant la journée. Ou obtenir de merveilleux conseils pour améliorer son sommeil, parce que, honnêtement, il n’ya rien que nous n’ayons pas essayé. Pour une raison quelconque, les gens ont toujours suggéré de laisser le bébés crier et pleurer seules jusqu’à ce qu’ils s’endorment.

Je suis fermement opposée à cela. Principalement parce que je ne peux pas imaginer quelqu’un qui le recommande à un adulte.

Si j’avais du mal à m’endormir et si j’étais bouleversée, j’aurais besoin de réconfort et si M. Stewart me laissait juste pleurer ou continuait à me dire que ça va aller, sans me prendre dans ses bras, eh bien… M. Stewart dormirait dans la rue. Parce que si vous aimez quelqu’un, vous voulez l’aider, le réconforter. Mais beaucoup de gens ne voient pas comment cela pourrait s’appliquer aux bébés. Pour eux, ils n’ont pas besoin d’être portés, de boire, d’être réconfortés. Tandis que les adultes qui suggèrent tout cela, s’accrochent à leur partenaire la nuit quand ils ont peur. N’est-ce pas ironique?

Eh bien, à part les théories, je ne suis pas parfaite. En fait, je suis bien loin de ça. Alors oui, j’ai essayé cette technique une fois ou deux. Et devinez quoi? Ça ne marche pas pour nous. Tout ce que je eu, c’est une enfant qui est encore plus contrariée, plus en colère, mais qui me regarde aussi avec de la déception dans les yeux. Donc, pour moi, ça ne vaut pas la peine.

Poulette a 1 an et 2 mois. Et elle est adorable. Elle cligne de l’oeil, fait des bisous, aime faire des câlins et court comme une vraie championne. Mais il est rare qu’elle passe la nuit à dormir. C’est arrivé, mais il arrive plus souvent qu’elle se réveille au moins deux fois.

Suis-je fatigué? Oui. Soyons honnêtes, cela fait plus de cinq ans que je n’ai pas bien dormi. Nous pouvons le voir sur mon visage.

Mais je suis plus fatiguée de ces questions. Plus fatiguée de devoir m’excuser poliment pour allaiter mon enfant, justifier le fait que je n’aime pas la laisser pleurer, avoir l’impression qu’elle fait quelque chose de mal, n’est pas bon comme les autres simplement parce qu’elle ne dort pas autant. C’est des conneries, mes amis.

Donc j’ai fini. Fini répondre à ces questions, obtenir des conseils qui ne s’appliquent pas et faire semblant de rire du sujet.

Je sais que tout le monde a de bonnes intentions. Je sais. Mais personne ne la connaît aussi bien que moi, je sais ça aussi.

Donc non, mon enfant ne dort pas toute la nuit. Et ce n’est vraiment pas un problème, car il viendra un jour où je devrai taper sur des casseroles le matin pour la réveiller.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Laisser un commentaire