Nos aventures en Estonie

Commençons par être super honnête: si vous ne nous connaissez pas personnellement ou si vous n’êtes pas très intéressé par les photos de l’Estonie (ok, plutôt des photos de nous, je pense qu’il y en a environ 35-37 dans cette article..), alors c’est peut-être l’article le plus ennuyeux de votre vie et j’espère que vous ne vous perdrez pas en cherchant la petite croix dans le coin. Mais vous êtes bien sûr aussi bienvenues pour rester. Peut-être que vous nous aimerez. Ou l’Estonie.

Début mars, j’ai promis de participer à un événement en Estonie en juin. Faire partie d’un jury et monter sur scène lors de l’événement. J’ai fait cette promesse avant de savoir que j’étais enceinte. Et j’ai immédiatement regretté ma promesse. Vous voyez, je n’étais pas dans l’état d’esprit de vraiment partager mes nouvelles. Même si j’aime mon cher pays, ce n’est pas toujours la mentalité que j’aime bien.

Pour beaucoup de gens, le calcul est simple. Vous êtes une personne intelligente et bien éduquée: vous aurez 0-1 enfant. Vous êtes un peu plus riche et pourtant intelligent – vous en avez 2. Vous en avez 3 – ce doit être pour l’argent. Vous voyez, à partir du 3ème enfant, chaque famille reçoit un soutien de 500 € qui s’ajoute au salaire que les femmes reçoivent pendant 18 mois après avoir accouché, même si elles n’ont jamais travaillé une journée de leur vie, elles ont toujours le droit au minimum. Ce montant est généralement équivalent à leur salaire réel, mais il peut être aussi beaucoup plus élevé. Si vous avez plus de 3 enfants – vous êtes au fond du classement social, sans aucune intelligence, probablement alcoolique, ne pouvant vivre que du système d’aides.

J’avais déjà des problèmes mentaux et je n’avais pas du tout envie d’entendre ces choses sur moi-même (ce que j’ai finalement fait, bien sûr, mais pas à ce moment-là).

J’ai essayé de mon mieux pour cacher mon ventre pendant l’événement et j’ai réussi

J’ai même dit à mes parents que je suis enceinte un jour avant de partir en Estonie, alors que j’étais enceinte de plus de 3 mois. Si cela n’avait tenu qu’à moi, je n’aurais probablement même rien dit à ce moment-là, mais M. Stewart, le roi de tout ce qui est gentil et poli, a essayé de me convaincre de faire ce qu’il était bien à faire. Alors j’ai l’ai fait.

Quoi qu’il en soit, j’étais pris au piège d’aller et de prendre Poulette avec moi puisque je l’allaitais encore. Et puis, boum, un jour, une chose que je ne connaissais pas du tout, a fait son entrée : la conscience! Je ne savais même pas que j’en avais une. Pourtant, elle me disait des choses comme:

– Et tu te ne sentiras pas mal si tu es là avec seulement 1 enfant, alors que les 2 autres rêvent de partir aussi?

Alors même si je savais que je me détesterais, j’ai décidé que si je partais, tous les enfants partaient. C’était une semaine avant notre vol. Bien sûr qu’il ne restait pas assez de sièges pour les vols (j’avais déjà les billets pour Poulette et moi)

Et c’est à ce moment que la conscience a rendu une visite à M. Stewart.

En bref, c’est comme ça que nous sommes devenus pauvres, parce que … nous sommes 4 (Poulette ne compte pas – à cette époque, elle ne payait que 10 € pour son billet) et les enfants payaient autant que nous. Ok, désolé, je pense que leurs billets coûtaient 7 euros moins cher.

Donc, quelques jours avant le voyage, nous avions tous des billets. Pour des vols différents, mais au moins le même jour.

Jusqu’à ce que mon vol ait été annulé. J’apprécie énormément l’humour noir de la compagnie aérienne qui a reprogrammé notre vol. Selon leur logique, nous étions censés arriver à Varsovie à 21 heures et prendre un vol Varsovie-Tallinn à 14h40. J’ai eu l’impression que par erreur, il me manquait les billets pour le voyage dans le temps entre les deux.

Heureusement, ils ont réglé leurs problèmes et nous avons tous eu les mêmes vols. Hourra!

Un peu moins de hourrraaa pour le fait qu’on est arrivés dans notre maison estonienne à 2 heures du matin et les enfants étaient un peu trop excités. Ou pour le fait que l’Estonie a un emplacement géographique qui induit le fait que la nuit est inexistante en juin. Il fait nuit à minuit (“nuit” est exagéré, vous pouvez toujours lire un livre à l’extérieur) et le soleil se lève à 4 heures. Vous ne pouvez donc que deviner l’heure très agréable à laquelle nos adorables enfants ont voulu commencer leur journées là-bas.

Nous avons passé une semaine là-bas et cette semaine est vite passée. Au moins pour moi. J’allais constamment quelque part, je voyais quelqu’un, je faisais quelque chose. Le pauvre M. Stewart a dû se transformer en un M. Poppins et ce n’était certainement pas des vacances pour lui, mais je pense qu’il a passé du bon temps aussi. Parfois..

Pour rendre les enfants heureux, nous les avons emmenés dans notre parc thématique préféré en Estonie, conçu d’après l’un des dessins animés et des livres les plus populaires de l’Estonie. Comme nous étions sans voiture et que les billets d’avion ont vidé nos poches, mon père a eu la gentillesse de nous y conduire. Assez gentil signifie que le parc était sur le chemin pour aller en Lettonie d’où chaque Estonien achète son alcool.

Si jamais quelqu’un se rend en Estonie, je suggère fortement ce parc (Lottemaa). Même si vous ne connaissez RIEN sur les personnages. C’est vraiment comme un petit village à part. Un monde différent. Il n’y a pas d’attractions, tout est en bois et repose principalement sur l’imagination, le toucher, l’expérimentation. Et comme il est proche de la plage, vous pourrez même vous baigner si il fait bon. C’était notre troisième fois là-bas et nous y retournerons, c’est sûr!

Dans les bras de Poulette c’est Lotte – le personnage principal des livres  (c’est un chien). Et en bas c’est Lotte en vrai (presque..) avec Grande Soeur et Petite Soeur

Nous avons également eu l’occasion de visiter un complexe doté du plus grand parc de trampolines des pays Baltes, d’un petit musée des sciences et d’une grande roue.

Je suis terrifiée par les hauteurs. Il me faut 30 minutes pour gravir la plus petite échelle et je tremble tout en me tenant debout sur une chaise. Que puis-je dire – je suis déjà grande, ok, donc je suis déjà haute, pas besoin d’aller plus haut.

Pourtant, je me suis laissé convaincre et j’ai traîné mes fesses dans cette cabine. J’ai survécu. Probablement grâce au fait que nous n’avons rien vu. Disons simplement que c’était l’été estonien ce jour-là. Brouillard-brouillard-brouillard-pluie. Heureusement, nous avons eu les billets gratuitement, nous n’avons donc pas été déçus. Les enfants semblaient toujours heureux. Tellement facile de les amuser! Et pour les épuiser! Après avoir passé environ 5 (ou 6, j’ai perdu le compte) heures à courir, sauter et explorer, elles étaient dans un coma instantané dans le bus.

Nous en avons également profité pour aller au cinéma où tout est en VO parce que les Estoniens parviennent à écouter ET à lire en même temps. J’ai entendu dire que ce n’était pas si compliqué … ok, j’ai fini, mais bon, pas besoin de chercher loin la raison pour laquelle le français ne parle que bien … français – parce que tout est seulement en français.

Nous avons donc vu Aladdin et j’ai pleuré et je suis allé voir une comédie stupide et j’ai encore pleuré. Cette fois, ce n’est pas dû au film mais à mon voisin. Et non, pas celui avec qui je suis allé au cinéma.

Je me suis toujours demandé qui sont ces gens qui sont parfois classés dans la « seconde Estonie » (vous savez … ceux qui osent avoir 4 enfants par exemple, haaha), mais ensuite, j’ai su.

J’ai un homme tout gentil à côté de moi qui se levé au moins 5 fois en disant à TOUTE la salle qu’il a besoin « d’aller chier maintenant ». Son choix de mots, pas le mien. Quand il ne faisait pas ça, il était

1) en train de lécher le cou de sa petite amie (habillé de la tête aux pieds en imprimé léopard, je pense qu’elle a confondu le zoo avec le cinéma, particulièrement avec leur comportement)

2) en train de boire de la bière et roter

3) en train de s’endormir sur mon épaule

4) en train de tapoter constamment ses jambes nerveusement. Je jure que si j’en avais eu, j’aurais fourré du Xanax même à ses oreilles. N’importe quel trou possible.

Nous sommes également allés au bowling, à la plage, avons rendu visite à mon père et avons pris des photos de notre famille, mais je les montrerai dans un article séparé.

En gros, nous avons passé du bon temps tous ensemble. Et même si ce voyage signifiait que nous n’allions pas avoir de vacances en famille différentes cette année (mon cœur ne veut rien de plus que voir des montagnes), je suis toujours aussi heureuse de l’avoir fait.

Surtout en sachant que nous ne reviendrons pas avant l’été prochain. Même si ce n’est pas sûr parce que nous devons passer le prochain Noël en Estonie aussi, mais Noël et l’été représentent des coûts assez élevés en termes de voyages.

A l’année prochaine, l’Estonie!

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Laisser un commentaire