L’histoire d’une mère effrayée aka comment j’ai cassé une porte

Parce que je suis vieille et que je suis nostalgique (ok, peut-être pas tellement le premier mais définitivement le dernier), je vais partager avec vous une vieille histoire. Parce que c’est une bonne histoire.

Jamais entendu parler d’escape game? Vous savez, où vous êtes enfermés dans une pièce et devez trouver votre sortie? Oui, les gens paient pour ça (et c’est super génial !!!).

Eh bien, j’ai fait un escape game avant que ça ne soit populaire. Une version réelle sponsorisé par Grand Soeur. 

Nous venions d’emménager dans notre ancienne maison et comme vous le peut-être savez, nous sommes de grands fans de «demain». Donc, mettre les poignées sur les portes était une chose de demain.

C’était un mardi. M. Stewart s’entraînait et je passais le plus beau temps (probablement pas, mais je ne me souviens pas, alors faisons semblant, ok?) avec Grande Soeur et Petite Soeur qui n’avait que 5 mois à l’époque.

Je ne sais pas si je voulais juste m’échapper pour une seconde ou si je devais vraiment faire pipi, mais je suis allée aux toilettes. Et non, ne fermez pas cet article maintenant. Je vous promets ce post ne concerne pas le pipi. C’est juste que les toilettes sont une partie très importante dans cet article. 

Alors là, je me suis occupée de mes affaires quand Grande Soeur a couru vers moi et a fermé la porte. J’ai souri une seconde puis… 

MERDE

Souvenez-vous ce que j’avais dit à propos des poignées? Si vous êtes malin, vous venez de comprendre que mon enfant de 2 ans m’a enfermée dans les toilettes. Sans téléphone et sans mari pour venir me sauver.

De l’autre côté de la porte, il y avait la Petite Soeur sans défense qui était libre d’explorer le monde. Y compris notre très grand escalier.

À l’époque, Grande Soeur était toujours aimable et aimait bien Petite Soeur (elle n’avait pas encore développé d’intérêt pour les jouets de sa soeur…), mais elle n’avait encore que deux ans. Et si vous laissez une enfant de 2 ans garder une enfant de 5 mois.. tout ce que j’ai à dire, c’est que vous êtes courageux. Je ne le suis pas. 

Je savais que j’avais quelques heures de solitude alors je me suis forcée à rester calme. J’étais sûre que mon téléphone était en bas sur la table. Alors j’ai demandé à Grand Soeur de me l’amener et de la glisser sous la porte. Malheureusement, elle est revenue en disant que c’était sur une étagère haute.

Génial, pas de moyen de communiquer. J’ai donc fait une chose très raisonnable et j’ai paniqué.

Je ne m’étais jamais intéressée à la façon dont la maison est insonorisée, mais je l’ai testé. J’ai crié au secours de mes poumons dans l’espoir que quelqu’un à l’extérieur puisse m’entendre. La seule chose que j’ai faite était de faire peur à Grande Soeur. 

Et soudain, j’ai entendu Petite Soeur pleurer. Ca semblait venir de sa chambre. Et puis j’ai entendu Grande Soeur y aller et claquer la porte (on avait un poignée, hein!). 

J’ai paniqué en pensant à toutes les idées insensées qu’elle pourrait avoir et j’ai fait de mon mieux pour lui rappeler que Petite Soeur n’est qu’un bébé. J’étais effrayée. 

Tout à coup, Grande Soeur est sortie et m’a dit qu’elle descendait. J’ai essayé de la rappeler mais elle n’a pas répondu. Et Petite Soeur pleurait de plus en plus hystériquement. J’ai essayé de chanter à haute voix, de crier que je suis là, mais je ne suis pas sûre qu’elle ait entendu quoi que ce soit. 

Je ne me considérais pas comme claustrophobe auparavant, mais je commençais à sentir les murs se refermer sur moi. J’ai eu chaud et j’avais besoin de sortir. 

J’ai poussé la porte, j’ai frappé la porte. J’ai même fait comme dans les films où on doit mettre les fesses contre le mur en poussant la porte avec des pieds. Rien n’a fonctionné. Je me suis même cassé la ceinture en essayant de la pousser entre la porte. 

Et puis j’ai entendu Grande Soeur pleurer. Pleurer fort. Alors que les pleurs de Petite Soeur me rendaient triste et impuissante, j’étais heureuse de l’entendre faire du bruit. 

Mais Grande Soeur… elle ne pleurait pas comme ça normalement. Pleurer signifiait que quelque chose devait être terriblement mal. Et de ses cris je séparai deux mots « emme » (maman) et « ai-ai ».

Et à ce moment un nouveau super-héro est né. J’ai pris le couvercle des toilettes et j’ai cassé la porte avec. Je battais cette porte stupide comme mon pire ennemi jusqu’à ce que le trou soit assez gros pour que je puisse passer. Et puis il m’a fallu environ 1,5 secondes pour prendre mes deux enfants dans mes bras et pleurer un peu avec elles.

Un sacré escape game, non? Malheureusement, je n’ai pas été autorisée à faire la même chose dans les escape games que j’ai visités.. 

Je sais que cela peut paraître un peu étrange, mais pour être honnête, je n’ai jamais été aussi effrayée. Même pas sur une montagne russe où je pensais que j’allais mourir. 

Entendre mes enfants pleurer, sachant que tout peut arriver avec elles (une bougie allumée et une porte déverrouillée en bas, des escaliers, etc.) et ne pas pouvoir empêcher quoi que ce soit, être absolument impuissante. Je pensais que j’allais juste aux toilettes une seconde, mais il s’est avéré que c’était beaucoup plus.

Je sais que c’était notre faute. De ne pas avoir mis la poignée, de ne pas avoir mon téléphone avec moi.

Alors, voici une leçon de vie pour vous tous: ne jamais laisser la pose de poignées sur les portes pour demain. Ou vous pourriez avoir une expérience d’escape game gratuite. Ok, dans mon cas, ce n’était pas gratuit. Nous devions acheter une nouvelle porte..

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Laisser un commentaire