6 astuces comment faire manger des mangeurs difficiles

Je vois ce que tu fais là! Oui toi! Tu roules tes yeux en pensant «wow, exactement ce dont j’avais besoin aujourd’hui – une autre “jesaismieux” pour dire à tout le monde comment elle vit et agit parfaitement et tout les autres sont des idiots!»

Je ne vais pas mentir – je pense vraiment qu’il y a une grande majorité de personnes dans ce monde qui appartiennent à la catégorie des imbéciles.

Mais je suis très loin de me considérer comme parfaite. Presque aussi loin que d’avoir des abdos.

Je ne plaisante pas quand je dis que, quand j’ai demandé à mon ami de vérifier si j’avais une diastase (au cas où j’aurais jamais voulu faire de l’exercice), sa main s’était noyée dans mon ventre en essayant d’y trouver mes abdos.

Donc, non, je ne suis pas parfaite et pour être honnête, mon style parental est purement expérimental.

Je méprise énormément les rats et toutes les autres créatures qui courent dans des roues. Il était donc évident que je devais avoir des enfants. Je plaisante (presque ..).

Le fait est que, parfois, cette expérience est payante et les résultats sont bons. Et d’autres fois, les choses explosent. Principalement ma tête, mais parfois aussi des pots de yaourt et nous avons probablement perdu plus que quelques verres et assiettes au cours de l’années. Même si je ne suis pas sûre que les enfants sont à blâmer pour cela.

Ce que je voulais dire, c’est que j’ai vu que certaines choses fonctionnent mieux que d’autres. Certaines choses auxquelles je n’aurais pas pensé auparavant. Je ressens donc le besoin de partager.

Alors, comment faire manger des mangeurs difficiles? Ou que faire en général avec des mangeurs difficiles?

Déteste-moi ou aime-moi, mais mens. Ou gardes les informations pour toi – quelle que soit la version qui t’aide à dormir la nuit. Sauf si t’as un bébé et que tu ne dors pas du tout.

Ton enfant n’aime pas les courgettes? Les épinard? Quelque chose d’autre qui est vert? Caches-le dans sa nourriture et n’en parle jamais. Boom, c’est fait.

Comment le cacher?  Si tu veux être créatif alors derrière son assiette, mais la chance pour lui de manger est assez minime. Je préférerais plutôt utiliser les merveilles d’un robot pour le cacher dans une préparation hachée ou l’utiliser pour faire la sauce. Et quoi que tu veuilles dans le corps de ton enfant – un smoothie est la solution.

♥  Ne pas se rendre. Je sais que se disputer toute la journée avec un enfant de 3 ans fait que tu te sens probablement comme une enfant aussi, mais vas te regarder dans le miroir et demande qui est l’adulte ici. Et s’il te plaît ignores l’enfant de 3 ans qui t’imite, d’accord?

Il existe 2 règles très simples pour manger:

c’est le parent qui choisit quoi et quand l’enfant mange et l’enfant qui choisit si et combien.

Oui, même si.

Parce que même si petit, ton enfant est une personne à part entière. Il a le droit de dire non. S’il sait ce qu’il faut manger et qu’il n’y a pas de substitut et qu’il préfère décliner, c’est sa décision.

Ce n’est pas à toi de forcer ou de négocier avec «2 bouchées de plus ou il n’y a pas de dessert».

Pas de substituts. Si l’enfant dit non, c’est non. Ne cours pas dans la cuisine pour cuisiner des pâtes sur lesquelles il peut verser de la sauce tomate. S’il ne veut pas manger ce que tu as cuisiné, il ne mange pas – c’est simple. Je te promets qu’aucun enfant n’est mort de faim de ne pas avoir manger un soir.

Peut-être que tu dois juste lui donner plus de temps pour le prochain petit-déjeuner.

N’oublies pas que les habitudes ne se produisent pas du jour au lendemain. Si ton enfant n’aime pas certains aliments la première fois, cela ne signifie pas que tu ne dois jamais les offrir à nouveau. Au contraire, tu dois le refaire, donnes-lui une chance de réessayer.

Faites-lui prendre part au processus! Si c’est lui qui le fait, il est plus susceptible de le manger. Et en plus il va être fier.

Ne projette pas tes préférences sur l’enfant. Il y a tellement de parents qui ne laissent même pas leurs enfants goûter à certains aliments car «ah, tu n’aimerais pas ça de toute façon». Comment tu le sais?

Je sais que certains de ces conseils peuvent sembler radicaux, mais croyez-moi, ils ne le sont pas. Ils sont rationnels. Oui, peut-être un peu dur, mais je parle d’expérience personnelle.

J’étais le plus mauvais mangeur qu’il n’ait jamais été. Et ma mère ne m’as pas donné un modèle. Si je ne voulais pas quelque chose, elle pouvait préparer 4 repas différents jusqu’à ce que je sois heureuse ou me laisse manger des sandwichs à la fin – tout ce que je voulais, juste pour que je sois heureuse.

On ne m’a jamais poussé à essayer des choses. Si je secouais la tête en voyant un certain aliment, celui-ci était immédiatement enlevé et remplacé par des pâtes ou des sandwichs.

J’ai grandi avec de très mauvaises habitudes alimentaires et je le regrette vraiment. J’aurais vraiment aimé que ma mère soit un peu plus stricte sur le sujet, mais que faire. C’est pourquoi je fais de mon mieux.

Ce qui ne veut pas dire que je réussis toujours. Mais au moins, je peux espérer que mes enfants deviendront de meilleurs mangeurs que moi!

Quels sont tes conseilles comment faire manger des mangeurs difficiles?

Previous Post Next Post

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Princesse Petit Pois mai 16, 2019 at 11:00

    Je conseille toujours à mes filles de goûter avant de dire « je n’aime pô » en voyant les couleurs des légumes verts épinards et brocolis lol. Mais avec une bonne sauce béchamel ça passe mieux ce genre de légumes dans des lasagnes et gratins ! Mais il est vrai que j’ai galéré à leur donner envie de goûter, d’être curieux, mais ça vient à force de répéter lol… Merci pour ce rappel !

  • Laisser un commentaire