Monthly Archives

novembre 2018

Comment gérer les commentaires haineux

Si certains d’entre vous ne le savent pas, celui-ci n’est pas mon seul blog. J’en ai aussi un en estonien. Et si celui-ci est principalement lu par des personnes que je connais, c’est le contraire pour l’autre.

Ce qui est ironique parce que je l’ai commencé pour mes parents. Et puis un jour, j’ai vu qu’il y avait 100 personnes qui l’avaient visitée par jour, puis 200, 500, 1000 et au final environ 8 000 par jour – j’ai été choquée. Et effrayée. Tout à coup je me suis senti nue. J’ai écrit sur les mêmes choses que j’écris ici. Mes avis, ma famille. Et bien que ce blog m’a donné beaucoup – de nouveaux amis, des opportunités différentes, de l’argent, il y a toujours un côté négatif.

Lire la suite

Quand nous avons essayé de passer une nuit sans les enfants

«Il était une fois, dans un pays très éloigné, une princesse qui vivait dans un beau château.» – voyez comme c’est censé commencer. En réalité, cela commence avec une fille qui se perd la seconde où il y a plus d’une fourchette à côté de l’assiette et qui est autant une princesse qu’un hippopotame est un danseur de ballet.

Je ne suis pas née dans un château et les chances d’y déménager sont assez modérées. Spécialement dû à la taxe d’habitation. Je parie que la seule raison pour laquelle Macron veut la supprimer est qu’il a trop peur d’ouvrir sa propre facture.

Mais j’aime toujours virevolter en prétendant que je suis une princesse. Ok, non, c’est horrible. Je suis littéralement en train de mentir en vous regardant dans les yeux ici. Ce que j’aime, c’est manger un kebab sur mon canapé en portant le vieux pantalon de jogging de M. Stewarts qui a des taches de peinture qui ne partiront jamais. Je sais, je semble si admirable, non?

Lire la suite

Notre halloween

Ce n’est pas un secret que je suis plus qu’heureuse de célébrer tout ce qui mérite d’être célébré. Si c’est la journée internationale de la moustache (eh bien, je fête le fait que je n’en ai pas et prie pour que je n’aie pas la génétique de ma grand-mère), un dimanche ou une fête d’Halloween.

Donnez-moi une raison et je vais le fêter. Et si vous ne m’en donnez pas, je vais trouver une.

Je ne sais pas les français, mais les estoniens ont un gros problème avec Halloween. Ils essaient de prétendre « mais nous ne sommes pas des Américains, c’est du n’importe quoi » (Halloween n’a même pas commencé en Amérique, mais bon..), mais je sais qu’en réalité, ils sont juste énervés de devoir se lever de leur canapé dans la soirée.

Lire la suite